piano      

 

    J'ai brillé par mon absence ces derniers temps! La flemmingite du clavier, la calvitie bloguesque, l'angine verbale, j'ai tout eu! Je supporte assez mal les changements de saison, c'est que je suis fragile de la plume...


       Après RCF1, je me suis vue confier la délicate mission d'accompagner le virtuose Bertrand Chamayou, pianiste ébouriffant (mais pas ébouriffé!) qui venait donner un concert au Teatro Colón, un des plus beaux théâtres d'Amérique latine.

En trois jours, le programme fut chargé: gammes au conservatoire, une soirée mémorable à la Bomba de Tiempo (un concert de percussions qui revient tous les lundis au Konex, un évènement incontournable des nuits de Bs As), une après-midi de répétition seuls dans le splendide Colón (j'en ai profité pour regarder derrière l'immense rideau de velours qui date de Mathusalem mais chut!) et un déjeuner chez l'attaché culturel de l'ambassade, avec Monsieur l'Ambassadeur himself.

Et dans tout ça, le concert, le temps d'un ballet passionné et charnel entre les touches du Steinway laqué noir et les doigts du pianiste, les heures se figent et quelques frissons me coulent dans le dos.  Pour se remettre de ses émotions, le cocktail sushi-champagne donné par l'Ambassade dans le salon doré n'était pas de trop...  Des larmes de rire et des larmes d'émotions, tout ça en trois jours.

 

 Cette semaine, changement de décor, le festival de cirque a dressé ses chapiteaux à l'angle des rues Juan de Garay et Combate de los Pozos, get ready! Après avoir été cherché toutes les compagnies francophones à l'aéroport (dont quelques unes à l'heure où blanchit le gazon, fraîche comme un gardon), je suis dans les starting blocks pour des journées qui s'annoncent gonflées comme des baudruches: avis à la populace de Buenos Aires, le festival commence le 28 avril et dure une bonne semaine, venez donc!!

 

                                               DSCN4985         

 

 

                                     DSCN5042